Société Biblique de Genève

  • Schrift vergrößern
  • Standard-Schriftgröße
  • Schriftgröße verkleinern

Tribune de Genève 22.12.2011

E-Mail Drucken

Moïse avait les Tables, la Société Biblique de Genève propose les tablettes

Par Romain Rousseau le 22.12.2011 à 17:45

La Société Biblique de Genève a mis au point une application iPad d’étude des Ecritures

La tablette numérique, nouveau support d’étude de la Bible pour le croyant? Le phénomène est nouveau mais s’est répandu comme une traînée de poudre dans le monde religieux. Aujourd’hui il existe pléthore d’applications permettant de lire la Bible, le Coran ou la Torah sur son smartphone1.

Concernant le Livre chrétien, la plupart des versions francophones proposent une lecture plutôt fastidieuse, puisqu’elles ne font que retranscrire les pages de la Bible sans mise en page particulière. Depuis avril 2011, la Société biblique de Genève l’assure: elle a mis «tout son amour et sa foi» dans la conception d’une nouvelle application, Segond 21, plus proche des besoins des fidèles et des utilisateurs de tables numériques.

 

Une ouverture nécessaire pour la Société biblique de Genève: «Notre mission est de propager le message de l’Evangile au plus grand nombre, explique Patrick Mabialah, responsable des éditions numériques. Nous voulions donc rendre cette application accessible aux non-chrétiens en illustrant au mieux le message biblique.» Segond 21 est donc mis à jour jusqu’à deux fois par mois en fonction des suggestions des lecteurs. «Nous tenons compte de toutes les remarques, poursuit Patrick Mabialah. Notre application se distingue des autres car nous avons mis au point des titres de sections, une méthode de recherche par initiales et une autre, plus pédagogique, par mots-clés.»

L’outil numérique propose également plusieurs fonctions d’étude tels que les annotations et la possibilité de surligner des passages. «Beaucoup d’adeptes et des pasteurs utilisent leur tablette comme outil complémentaire de leur Bible traditionnelle car on peut facilement retrouver un verset par mot-clé et grossir les caractères à volonté», se réjouit Patrick Mabialah.

Segond 21 tient son nom de Louis Segond, le théologien genevois qui traduisit la Bible en français à partir des textes hébreux et grecs à la fin du XIXe siècle. Le chiffre 21, indique que le langage utilisé dans l’application est celui du XXIe siècle.

Selon l’organisation, environ 1200 personnes utilisent déjà Segond 21 en Suisse2.

 

Errata:

1 L'application en question n'est pas disponible pour tous les smartphones, mais uniquement pour iPhone, iPod touch et iPad.

2 Le chiffre ne se réfère pas à la Segond 21 (qui dans sa version papier est diffusé beaucoup plus largement), mais bien à l'application Segond 21 sur AppStore.